© 2016 / Samuel Turpin

MALI

La chaleur du Sahel

La famille Barké Diallo est une famille d'agropasteurs au Mali, dans la région de Mopti, ligne de fracture entre les plateaux du désert sahélien et les plaines du delta du Niger.

Humans&Climate Change Stories les a rencontrés pour la première fois en août 2017, alors que la saison des pluies se faisait toujours attendre.

PARTAGEZ CETTE STORY!

  • Facebook
  • Twitter

Ousmane - fils de Djehamé - chef de famille

Il se destinait à la gestion et l'analyse des risques dans le secteur des assurances. Il a tout abandonné pour revenir à la terre et défendre la pratique d'une agriculture raisonnable

Ousmane signifie "jeune dragon" .

Djehamé: 
l'aînée de la famille
Arkietou:
la fille de Ousmane
Ousmane:
le chef de famille

Djehamé - l'aînée de la famille

Elle n'a connu que la vie agropastorale à Sofara, et dans les plaines de Mopti. Elle a vu se dessiner sous ses yeux la transformation de la plaine et le désert avancer.

Djehamé signifie "La reine de Himma", esprit religieux local.

Arkietou - fille cadette de Ousmane

Elle a grandi à Sofara. Elle poursuit des études de sage-femme à Bamako. Elle souhaite pratiquer sa profession dans le monde rural. Tous ses amis ont quitté Sofara.

Arkietou signifie "clairvoyante".

Mali

17,6  millions d'habitants 

Capitale: Bamako (1,8 million)

Chef de l’État: Ibrahim B. Keïta

80 % de la population vit au Mali de cultures de subsistance. La hausse des températures, la baisse de la pluviométrie, la météorologie imprévisible, l’appauvrissement de la terre et l’avancée du désert créent une forte compétition autour des terres arables et des ressources naturelles, exacerbant les tensions intercommunautaires entre éleveurs, pêcheurs et agriculteurs.

 

Mais le changement climatique n’est pas le seul facteur à l’origine des tensions. La région doit faire face à une croissance démographique importante, et à l’arrivée de populations qui ont fui le conflit au nord du pays depuis 2012. L’État, incapable de contenir l’avancée des groupes armés, a abandonné la zone et peine à restaurer son autorité.

Sans ressources et sans réelles perspectives, les plus jeunes se voient contraints de migrer vers Bamako ou dans la sous-région à la recherche d’opportunités économiques. Et les jeunes garçons sont tentés par "l’aventure djihadiste" et les milices d’autodéfense.

Superficie

1 241 231 km2

Densité 

15,2 hab/km²

Croissance démographique

 3,3 % (2015)

IDH (2014)

0,442 (181/186)

PIB/hab 

760 USD

Taux d'inflation

1,4 % (2015)

2,4 % de chrétiens

94,8 % de 

musulmans

Agriculture

38,5 %

Industrie

24,4 %

Services

37 %