© 2016 / Samuel Turpin

GROENLAND

Le dilemme des glaces

La famille Molgaard est une famille de pêcheurs sur la côte ouest du Groenland, dans la baie de Disko.

Humans&ClimateChange Stories les a rencontrés  pour la première fois en 2017, alors que la saison d'été de pêche devait battre son plein et que l'hiver ne vienne geler les eaux.

PARTAGEZ CETTE STORY !

  • Facebook
  • Twitter

Hanne - la femme de Niels

Hanne est l'institutrice du village. Elle s'est installée à Qeqertaq en 1989. En plus de son poste de fonctionnaire, elle gère la petite épicerie familiale. Elle est devenue le contact des quelques guides qui mènent des expéditions en kayak dans la baie.

Niels :
Le chef de famille
Hanne : 
La femme de Niels
Maali : 
Fille cadette de Niels

Niels - le chef de  famille

Niels a toujours été chasseur puis pêcheur dans le village de Qeqertaq, où il est né. Son univers est celui de la mer, des glaces, et des terres gelées. Il n'imagine pas faire autre chose.

Maali - 17 ans- fille cadette de Niels et Hanne

Elle a grandi à Qeqertaq jusqu'à son départ pour l'internat en rentrant au collège. Elle avait 13 ans. Elle vient de terminer deux années d'études au Danemark grâce à des bourses et repart à la fin del'été vers l'université de Aasiat

Groenland

56 000 habitants 

Capitale : Nuuk (17 000)

Chef du gouvernement : Kim Kielsen

Pays sous tutelle du Danemark

Longtemps ignoré, l’Arctique représente aujourd’hui un nouvel enjeu géopolitique. La fonte des glaces, accélérée par le réchauffement climatique, a lancé une compétition et une spéculation autour des importantes  ressources minières –dont les terres rares et l’uranium- et d’hydrocarbures que l’Arctique recèlerait, ainsi qu’autour des nouvelles voies maritimes commerciales qui réduiraient considérablement les distances actuelles.

Le Groenland, désireux de s’affranchir d’une dépendance économique -et à terme politique- vis à vis du Danemark, se trouve aujourd’hui face à un dilemme : l’exploitation de ressources à risques VS la préservation de son environnement qui est au centre de toute la culture Inuit.

 

La conjoncture actuelle semble ralentir les espoirs des autorités groenlandaises. Trois grandes compagnies ont abandonné en 2016 leur licence d’exploration. Trop de risques et pas assez rentable dans le contexte économique actuel. Le Groenland fonde alors tous ses espoirs sur le secteur de la pêche qui représente 90% de ses exportations, et constitue le premier moyen de subsistance des populations rurales. Au risque d’inciter à une pêche intensive de ses ressources halieutiques, elles-mêmes en pleine mutation  par les effets du changement climatique. Les conséquences pourraient être désastreuses pour les populations de pêcheurs qui, certes savent faire preuve d’adaptation, mais qui disposent de peu d’opportunités de reconversion.

Partez à la rencontre de

Niels, Hanne, Maali et Arnatsiaq

CHAPITRE #1

Superficie

2 166 086 km2

Densité 

0,03 hab/km²

Crois démo

 -0,2 % (2015)

IDH (2014)

0,927

PIB/Hab 

39 569 USD

Crois PIB/an

1,66% (2015)

96,1% de chrétiens

3,9% non affiliés

Agriculture

4%

Industrie

29%

Service

67%